• Ma cantine en circuit court

    Mardi matin, une intervenante spécialisée dans le projet "Ma cuisisne en circuit court" est venur à l'école Lamartine proposer une animation sur l'alimentation.

    Mme Fauvet avait préparé une intervention différente et très intéressante selon les classes. Voici ce que les enfants ont écrit de ce qu’ils en ont retenu :

    Au CM2 :Elle nous a montré des étiquettes de saucissons, nous les a expliquées ; nous les avons analysées avec elle (à quoi correspondent les symboles…). Puis elle nous a demandé lequel on choisirait. Ensuite, elle nous a présenté les mêmes saucissons sur des assiettes, elle les a coupés  et nous a demandé lequel on préfèrerait. Enfin, nous les avons goûtés et avons élu le meilleur.

    Finalement au goût, nous avons été surpris de constater que cela ne correspondait pas à ce que l’on avait choisi avec les étiquettes et sur les assiettes.

    Nous avons appris beaucoup de choses et regarderons les étiquettes des produits différemment maintenant.

    Nous avons également compris pourquoi il est important de privilégier les produits proches de chez nous.

    Ma cantine en circuit court

    Au CP et CE1 : Nous avons joué à deviner ce qu’il y avait dans des pots en verre. Nous avons observé les couleurs puis senti les différentes purées.

    Après dégustation, nous avons appris qu’il y avait : une purée de carottes, une purée de chou-fleur, une purée de patates douces et une purée de potiron.

    Les couleurs sont importantes dans l’alimentation.

    Ma cantine en circuit court

    Au CE2 et CLIS :Mme Fauvet nous a annoncé que nous allions travailler sur le yaourt à la fraise et elle nous a distribué des images. Au départ, nous ne voyions quel rapport certaines d’entre elles avaient avec le yaourt, mais après , en discutant, nous avons compris que l’achat d’un yaourt industriel impliquait du pétrole pour fabriquer le pot, des déchets supplémentaires, des transports (3000km en moyenne de la vache au réfrigérateur des consommateurs) et de la pollution. Nous nous sommes rendus compte qu’en fabriquant nous-mêmes les yaourts ou en les achetant chez des producteurs locaux, nous éliminerions la plupart des fâcheuses conséquences dûes à la production d’un yaourt industriel.

    Au CM1 : Nous avons eu une animation avec une dame qui travaille avec les producteurs locaux.

    Il fallait composer chacun un menu que l’on aime et qui soit équilibré en choisissant des cartes d’aliments photographiés.

    Ensuite nous avons regardé les informations écrites derrières ces cartes.

    Il fallait noter dans un tableau, la liste des aliments de notre menu, les kilomètres parcourus par chaque aliment pour arriver dans notre assiette, le CO2 dégagé par la fabrication et le transport de l’aliment, les calories apportées, les protides, les glucides et les lipides.

    Ensuite il fallait faire le total de chacune de ces informations.

    Certains enfants avaient un menu qui avait fait 14 000 km, d’autres 5 000 km.

    Certains avaient un menu qui leur apportait 2 500 cal, d’autres 1 200 cal.

    L’ananas voyage beaucoup  (9 000 km !).

    En hiver, les haricots verts frais font 4 000km pour venir d’Egypte.

    Les tomates viennent d’Espagne (1 000 km) ou sont produites en serres chauffées (beaucoup de CO2).

    Les frites et les sodas qui sont produits dans l’Union Européenne font 4 000 km.

    Le filet de poisson fait aussi 4 000 km.

    La pomme et le pain voyagent peu (- de 50km), le fromage de chèvre  ne fait que 100km, l’eau du robinet ne voyage pas (0 km).

    Nous avons appris, que les aliments ne font pas tous le même nombre de kilomètres.

    Maintenant, nous savons qu’il faut 2 000 cal par jour (et pas par repas !)  pour un enfant.

    Maintenant on fera plus attention aux kilomètres faits par les aliments et au CO2 dégagé par la fabrication ou le transport de l’aliment.

     

    Ma cantine en circuit court